Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Facebook Page

Rechercher

Nous contacter

Ce blog est également le votre. N'hésitez pas à m'envoyer vos articles, photos, vidéos, résultats...

Pour cela, deux adresses: Cyril ou Léa .


Il y a actuellement     personne(s) sur All Finswimming.

Archives

Sites amis

 

finspirit

 

finswimmer

 

About Us

Google translate

ALL FINSWIMMING is supported by
finspirit

header-chania

Championnats du Monde Juniors - Chania (GRE), 25 juin - 1 juillet 2014

 

Live video (streaming)

 

 Résultats en direct

27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 18:01
Voici l'interview d'Alvaro Hugo Polo, membre de l'équipe nationale de Colombie et nageur actuel du PPO.






Salut Alvaro. Peux-tu tout d'abord te présenter ? Comment as-tu commencé la NAP ? Dans quel club évolues-tu?

J'ai commencé la NAP en Colombie à Cali en 1989 quand j'avais 10 ans. Mon club, Tiborones, avait un petit groupe d'enfants qui durant la semaine s'entrainaient avec des bi-palmes. Nous faisions également des entrainements de rugby et de hockey subaquatique. Après ma première compétition nationale, à 11 ans, j'ai réalisé que cela me plaisait vraiment et je suis devenu semaines après semaines de plus en plus sérieux. Après 3 ou 4 compétitions, j'ai eu de super résultats et quand j'ai eu 14 ans j'ai participé à mon premier championnat du monde Juniors, en France à Nice. Après cela j'ai toujours pratiquer la NAP. Même lorsqu'à une période j'ai dû arréter la compétition, j'ai toujours trouvé le moyen d'aller à la piscine et de nager pour le plaisir.

 


Tu nages aujourd'hui en France pour le Paris Palmes Olympique. Comment es-tu arrivé dans ce club?


Quand je suis arrivé à Paris, je voulais vraiment continuer à nager. J'ai donc commencé à nager seul dans des piscines publiques. Au bout d'un moment j'ai tout de même cherché un club sur Paris et via internet j'ai découvert le PPO.J'ai également une bonne amie qui m'avait parlé d'un club qui s'entrainait tous les lundisà Montparnasse. J'y suis donc allé et j'ai parlé au président du club. Je lui ai expliqué ma situation et le même jour j'ai eu mon premier entrainement avec le PPO. Depuis ce jour, les membres du PPO sont un peu comme une famille pour moi.


 

 

De combien d'heures par semaine est composé ton entraînement?


D'habitude en Colombie, mes entrainements duraient 2 heures. Ici à Paris ils ne durent qu'une heure. J'essaie de nager tous les jours du lundi au samedi et de faire de la musculation deux fois par semaine.


 

 

Quel type de monopalme utilises-tu et pourquoi?


J'utilise uniquement des Rocketfins. J'aime vraiment ce type de monopalme. A l'entrainement j'utilise également des monopalmes plates.


 



Quel est ton meilleur souvenir de NAP?


C'est une question difficile... Je pense qu'en 2004, après avoir arrêté pendant 3 ans, j'ai recommencé et participé à une compétition importante en Colombie. Il s'agissait des Jeux Nationaux qui regroupent tous les sports dans une seule ville tous les 4 ans (des JO à échelle nationale en résumé). J'étais donc très nerveux et je m'étais entrainé seulement 7 mois pour cette compétition. Il y avait de très bons nageurs en Colombie et je ne connaissais pas mon niveau par rapport à eux. Mais après 5 jours de compétition j'ai remporté 7 médailles d'or et autant de record de Colombie. J'étais donc très heureux mais aussi surpris. C'était vraiment un excellent championnat pour moi.

 


Et quel est le plus mauvais?


Je pense honnêtement que gagner et perdre font partie de chaque sport et de chaque compétition. Sur ces bases, je ne peux pas dire que mon plus mauvais souvenir a été une défaite en compétition. Mais pour moi le plus mauvais souvenir est définitivement le début de 2002 où j'ai eu une grosse opération du genou (ligaments croisés). Le docteur m'avait dit que ce serait très difficile pour moi de renager à un bon niveau. J'ai donc eu une très longue et difficile convalescence et certains jours je me disait que la NAP était finie pour moi. Je suis restait près de 3 ans sans utiliser une monopalme.

 

 

Maintenant quels sont tes objectifs pour la saison à venir et pour les prochains championnats du monde?

 

J'espère avant tout me qualifier en équipe nationale de Colombie pour les championnats du monde. Après je veux améliorer mes temps sur le 200 SF et le 400 SF. Mais l'objectif le plus important aux championnats du monde et de faire une nouvelle fois de bons relais. A Bari nous étions 3ème et 4ème. Cette année l'équipe est plus forte, nous pourrions dont faire de super performances.


 

Tu n'a pas étais classé durant la Coupe de France des Clubs car tu est extra-communautaire. Qu'as tu pensé de cela? Participeras-tu aux championnats de France même si tu es classé "hors concours"?

 

En vérité, je ne savais pas qu'en France on ne pouvait être classé si on n'était pas Européen. Je ne l'ai su que deux semaines avant la coupe de France. J'ai décidé d'y aller car le PPO m'avait supporté. Le PPO a déposé une requête auprès du Comité Olympique Français (CNOSF) qui s'est prononcé en ma faveur. Mais malheureusement la fédération française n'a pas respecté la décision du CNOSF et m'a classé hors concours.

Je pense que ce type de discrimination n'est pas bon pour notre sport. En effet la NAP est un sport amateur et ces règles empêchent l'empêchent de grandir. De plus elles ne permettront pas dans le futur que des sportifs d'autres pays viennent en France pour nager, pour travailler ou pour dans mon cas étudier. Et comme je l'ai dit, cela rend la NAP « plus petite ».

Comme les championnats de Colombie sont en Juin, ce n'est pas possible pour moi de retourner en Colombie à cette époque. Je vais donc nager lors des championnats de France afin de pouvoir me qualifier pour les championnats du monde. Je ne sais toujours pas si je ne vais nager que les séries ou si je pourrai nager également les finales (selon la dernière version des séries, Alvaro Polo sera classé hors concours et ne participerai donc pas aux finales, ndlr). De toute façon je nagerai puisque j'ai eu une bonne préparation à Paris sous la direction d'Hugues Brilhault.

Je veux aussi ajouter que chaque pays a ses propres règles et vu que je vis ici, je dois les respecter. Mais a mon avis, nous devrions ouvrir les portes aux étrangers (extracommunautaires) dans le but de rendre notre merveilleux sport de plus en plus grand.




En tant que Colombien, comprends-tu la décision de la France et d'autres pays de ne pas participer aux championnats du Monde Juniors en Colombie l'an dernier ?


 

C'est dommage que certaines fédérations aient décidé de ne pas prendre part à ces championnats. Je pense que les médias et les informations qui viennent de Colombie sont toujours négatifs. Jamais vous ne verrez aux informations à quel point la Colombie est superbe et belle.

 

Je pense que c'est regrettable avant tout pour les nageurs qui se sont entrainés et préparés pour ces championnats. Mais la fédération (ou le gouvernement) les a également empêchés en ne les laissant pas faire le voyage de visiter un super pays et de rencontrer de nombreuses personnes sympathiques.

 

En 1998 s'est tenu un championnat du Monde à Cali, la ville où je suis né. Avant l'événement, il y avait eu le même problème mais à la fin de la compétition, tous les participants étaient heureux d'avoir découvert la Colombie, je m'en souviens bien. J'ai même accueillit chez moi après la compétition 2 nageurs Slovènes et un Russe. En 1999, les championnats du monde de longue distance ont eu lieu à San Andreas, une magnifique île colombienne. La France était présente aux deux événements et quand aujourd'hui je parle avec certains nageurs y ayant participé, ils se souviennent de ces compétitions avec plaisir.

.


Que penses-tu de l'avenir de la NAP en Colombie, en France et dans le monde ?


 

En ce moment en Colombie, la NAP prend de l'ampleur et le niveau augmente. Les jeunes nageurs sont très rapides et j'imagine que nous verrons de très bons résultats aux prochains championnats du Monde Juniors. C'est donc une super période pour la Colombie.

 

En France, je n'en sais pas beaucoup mais je pense qu'aujourd'hui la France possède de très bons nageurs comme Camille Heitz. Mais dans certaines distances, les meilleurs résultats deviennent anciens. Des ces distances, les nageurs actuels sont parfois vraiment éloignés des records nationaux. Cela est différent en Colombie où nous avons la meilleure période jamais vécue et où à chaque championnats tombent de nouveaux records. Je pense que c'est quelque chose que la fédération française et les entraineurs devraient analyser car selon moi, chaque nouvelle génération de nageur devrait être plus rapide que la précédente.

 

Je pense honnêtement que la NAP est un sport merveilleux mais le problème est qu'il est peu connu. La première chose que nous devrions faire est de massifier le sport. Nous avons besoin de faire plus d'événements promotionnels et nous devons les faire dans de grandes villes comme Paris, Londres, Rome, etc. Nous avons besoin que des personnes du monde entier parlent de notre sport, voient les compétitions. Nous devons amener la NAP dans de nouveaux pays sud-américains mais aussi aux Etats Unis. Nous devons aussi améliorer la médiatisation de ces événements.

 

Je sais que des personnes en Europe travaillent très dur dans ce but et il faut les soutenir. Si nous voulons un jour être représentés aux Jeux Olympiques, il faut commencer cette massification maintenant.

.


 


 

Veux-tu ajouter quelque chose pour conclure cette interview ?

 

Je pense que cette interview a été bien faite. Je veux aussi ajouter que je suis très heureux de vivre à Paris. Les membres du PPO sont supers. J'y ai rencontré des personnes très sympathiques et de très bons amis. Les nageurs des autres clubs ont également été très gentils avec moi et je leur en suis reconnaissant.

Je sais que je suis le premier nageur extracommunautaire en France mais j'espère que je ne serais pas le dernier car ce genre d'intégration aide notre sport à grandir.

Après les championnats d'Epinal, je retournerai en Colombie pour m'entrainer durant l'été avec l'équipe nationale pour préparer les championnats du Monde. J'ai invité quelques nageurs du PPO à participer à ce stage afin qu'ils aient l'expérience d'un autre pays, d'une autre culture et d'un autre mode de vie. Je pense donc que je rentrerai avec Antoine Aouidad à Cali pour quelques semaines mais j'ouvre mes portes à n'importe quel nageur qui voudrait visiter mon pays. De plus le 23 juin ont lieu les championnats de Colombie et la fédération colombienne a invité tout les nageurs français souhaitant participer à cette compétition. Je suis sûr qu'ils prendraient autant de plaisir à nager en Colombie que j'en prends en France.

Enfin je voudrais juste te remercier pour l'opportunité de m'exprimé que tu m'as donné. Je souhaite le meilleur pour toi, pour les nageurs français et pour notre sport en général.


 


Merci Alvaro pour tes réponses et bonne continuation.




Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n'hésitez pas, contactez moi!
Repost 0
Published by Cyril - dans Interviews
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 14:00

Voici la liste des interviews publiées sur le blog:

Vidéo-interviews:



Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n'hésitez pas, contactez moi!
Repost 0
Published by Cyril - dans Interviews
commenter cet article
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 19:34
Voici l'interview d'Andrea Nava, actuel recordman du monde du 200 SF et du relais 4x200 SF ainsi que 3ème performer mondial sur 100 SF et 8ème performer mondial sur 400 SF.





Salut Andrea. Peux-tu tout d'abord te présenter ? Comment as-tu commencé la NAP ? Dans quel club évolues-tu?

Je suis Andrea Nava, j'ai 26 ans et je vis à Rome. J'ai commencé la natation en 1985 et la NAP en 1989 avec un club qui apprenait ces sports près de chez moi. C'est donc là que j'ai essayé la NAP et j'ai immédiatement aimé. Je ne sais pas pourquoi mais je suis tombé amoureux de ce sport. Maintenant je nage pour le CN Fiamme Oro de Rome, un groupe sportif de la Police dans lequel nagent aussi Gianluca Mancini, Fabio Picchi et Roberto Fiorucci.



Quels sont les avantages et les éventuels inconvénients d'être nageur avec palme(s) dans la Police Italienne ?


Il n'y a que des avantages! Si tu fais ton travail correctement, la Police te permet de faire ce qu'il te plait et te suit dans chaque compétition avec un maximum de professionnalisme. Maintenant la NAP n'est plus un loisir, c'est un véritable travail ; pour moi mon travail c'est nager.



De combien d'heures par semaine est composé ton entraînement?


L'intensité de l'entrainement varie selon la période... Quand les compétitions sont encore éloignées je m'entraîne deux fois par jour, tous les jours, sauf le dimanche. Quand les compétitions sont plus proches je m'entraîne parfois deux fois, parfois une fois par jour. La période où je m'entraîne le plus est l'hiver car je fais de la musculation et je nage tous les jours... et c'est dur !!!




Quel type de monopalme utilises-tu et pourquoi?


Mes monopalmes sont ukrainiennes. Une est une Rocketfin et une autre a été faîte par Yakovlev. Les deux sont très bonnes. Pourquoi ? J'ai essayé beaucoup de palmes et après je les ai choisies parce qu'elles sont meilleures que les autres palmes.





Parlons un peu de tes championnats d'Europe. Tu y as gagné ton premier titre individuel en grand championnat, deux titres en relais et tu y as battu deux records du monde (200 SF et 4x200 SF). Quel bilan personnel peux-tu faire de cette compétition ?


Oui j'ai gagné ma première médaille individuelle et j'ai battu le record du monde. Mes sentiments ? Et bien c'est difficile de te dire ce que j'ai ressenti car c'était une sensation incroyable aussi bien pour le 200 SF que pour le relais où je nageais avec mon ami Gianluca. La seule chose que je peux te dire est ceci : quand tu arrives à réaliser ce que tu veux le plus depuis de nombreuses années, tu oublies tous les sacrifices, toutes les mauvaises pensées et tu te dis « Je l'ai fais ! ». Voici ce que je ressens et ce que j'ai ressenti cette année.




Maintenant quels sont tes objectifs pour la saison à venir et pour les prochains championnats du monde?


Mes objectifs sont de confirmer lors des Jeux CMAS et si possible d'essayer de faire de bonnes courses lors des World Games (compétitions internationale ayant lieu tous les 4 ans et regroupant des sports non représentés lors des Jeux Olympiques, ndlr). Je sais que ce sera difficile mais je dois essayer de le faire.


Plus généralement, comment perçois-tu l'état de santé de la NAP en Italie, en France et dans le monde?



Mon opinion sur la NAP en Italie est que c'est un très beau sport mais qui coûte très cher et qui du coup n'est pas accessible à beaucoup de personnes. Mais ce sport est également intéressant car tous les ans la technologie des palmes s'améliore et tu peux nager de plus en plus vite. En France, je ne sais pas. Dans le monde, je pense que malheureusement ce sport n'est pas assez connu, peut être parce qu'il n'existe pas de bon sponsor. Je pense que si quelqu'un essayait d'amener la NAP sur une chaine de télévision sérieuse, peut être que ce sport sera suivi par plus de personnes qu'aujourd'hui. Mais ce n'est que mon opinion.





Enfin, as-tu un message à faire passer ?


J'espère te voir toi et les autres nageurs aux prochains championnats du monde. Je te remercie beaucoup pour cette interview qui pourrait car par cette initiative, peut être que nous pourrons être entendu par plus de personnes et que notre sport deviendrai plus intéressant qu'aujourd'hui. Je ne sais pas si dans un futur proche ou éloigné notre sport sera présent aux Jeux Olympiques, mais c'est mon rêve et je n'arrêterais pas de le rêver. Peut être que nos enfants arriverons à le réaliser et alors nous aurons gagné ensemble ! Au revoir tout le monde. Au revoir Cyril. Merci.



Merci Andrea pour tes réponses et bonne continuation.




Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n'hésitez pas, contactez moi!
Repost 0
Published by Cyril - dans Interviews
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 20:50
Voici l'interview de Ioannis Tsourounakis, actuel recordman du monde du 800 IS, acien recordman du monde du 400 IS, multiple champion du monde et d'Europe et accessoirement 5ème performeur mondial sur 800 SF.





Salut Ioannis. Peux-tu tout d'abord te présenter ? Comment as-tu commencé la NAP ? Dans quel club évolues-tu?

Mon nom est Ioannis Tsourounakis et je suis un nageur avec palme(s) grec. Je suis né le 18 Juin 1984 à Chania, une petite ville sur l'île de Crète. J'ai commencé la natation en 1990 et la NAP en 1997. J'appartiens au club de Chania depuis 1997 et je n'ai jamais eu l'intention de partir vers un autre club.


De combien d'heures par semaine est composé ton entraînement?


La durée de mes entraînements dépend de la période de l'année. D'habitude je m'entraîne deux heures par jours, six jours par semaines et seulement en piscine (pas de musculation).
J'atteins le maximum de pratique à Noël et aux vacances de Pâques où je m'entraîne 5 heures par jour dont 4 en piscine (deux le matin et deux le soir, une de musculation). Avant les compétitions je m'entraîne environ 1h30/2h par jour.



Quel type de monopalme utilises-tu et pourquoi?


Il n'y a pas particulièrement de monopalme que j'aime. De temps en temps j'utilise différentes sortes de monoplame. La raison pour laquelle j'utilise une monopalme particulière est la sensation qu'elle me donne dans l'eau. Je veux prendre du plaisir avec la monopalme, qu'elle le donne un « grand coup ». Normalement j'utilise une monopalme souple. Aussi j'utilise la même monopalme pour toutes les courses ; cela n'a pas d'importance si c'est du sprint, du demi-fond, du fond, de la surface ou de l'immersion. J'utilise toujours la même palme. Depuis les deux dernières années, j'utilise les palmes de « maître » Salim pour les sensations qu'elles me donnent.



Est-ce que de nager avec ton frère, Antonis, en équipe nationale est une aide pour toi?



Je crois que de nager avec d'autres athlètes de haut niveau ne peut qu'être bénéfique pour tous. Malgré le fait que mon frère est également en équipe nationale, nous ne nageons ensemble que depuis l'an dernier. Quand j'ai terminé le lycée et que je me suis inscrit à l'université, j'ai changé de ville et nous avons donc nager avec des entraîneurs différents. Après qu'Antonis ait finit le lycée, il a rejoint l'armée pour au moins un an. Après qu'il eu terminé ses obligations envers l'armée, il recommença à nager en 2008 et c'est la seule année où nous avons nagé ensemble. Mais je te l'ai dis avant, je crois qu'il est bon d'avoir une petite compétition entre les membres d'une équipe. Tout le monde essaye de surpasser les autres et donne le meilleur de soi tous les jours à l'entraînement. Et comme tu l'as vu dans nos résultats, cela a été bénéfique pour moi, tout comme pour Antonis...


Parlons un peu de ton palmarès maintenant. Depuis ta première médaille remportée sur ton île en 2002 (médaille de Bronze sur 800 IS en 2002 aux championnats du monde de Patras), tu es devenu double champion du monde, champion d'Europe et recordman du monde sur 400 IS (jusqu'à cet été) et sur 800 IS. Parmi toutes ces performances, laquelle t'a apporté le plus de joie ?


Je vois que tu me connais très bien. Cela me surprend beaucoup. Tu vas surement trouver ça un peu étrange, mais les courses qui m'ont apporté le plus de joie sont deux relais : les 4x200 SF en Chine en 2004 et à Turin en 2006. Je considère les relais comme la meilleure partie de chaque championnat. C'est un jeu ; je fais de la NAP tout d'abord pour le fun et j'en profite le plus possible. En relais, ton esprit sort de ton corps, tu te sens vraiment fort et l'adrénaline atteint le maximum... Ce sont les courses qui me donnent le plus de joie.

A propos des médailles d'or maintenant, je peux dire que la première médaille d'or que j'ai gagnée à Bari sur 800 IS ma donné la plus grande satisfaction que je n'ai jamais eu dans ma carrière sportive, et je vais te dire pourquoi tout de suite. Comme tu as étudié mon palmarès, tu as pu voir que je n'avais jamais gagné de course (internationale, ndlr) avant. J'étais l'eternel troisième et parfois second. Parfois j'étais vraiment près, mais je ne l'ai jamais fait. Donc tu peux comprendre quel soulagement cela a été quand j'ai finalement gagné. Mais malgré la victoire, je n'ai pas du tout exulté ; je suis juste resté dans l'eau, totalement épuisé et chuchotant à moi-même : « C'est mon tour finalement, bien joué Ioannis... ». C'était un de mes meilleurs moments de ma vie, mais pas un moment de joie, plus la satisfaction d'avoir finalement achevé ce que je voulais le plus, la victoire !



Et quel est ton pire souvenir? Ta plus grosse déception ?


Je ne peux pas dire que j'ai eu de mauvais souvenirs dans ce sport. J'ai eu cependant de nombreux moments décevants notamment après une mauvaise course ou une mauvaise saison. Je pense que la plus mauvaise partie de ma carrière a été l'année 2005 à San Marino. J'étais vraiment déçu de moi-même car je n'ai pas réussi à achever ce que j'avais entrepris toute la saison. Tous mes résultats ont été moyens ou très mauvais. Mais c'est le sport... Après chaque échec, tu dois te relever et continuer.


Maintenant quels sont tes objectifs pour la saison à venir et pour les prochains championnats du monde?


Bon, il y a un moment dans la vie où tout  a une fin. Il faut toujours aller de l'avant et ne pas regarder en arrière. En avril dernier, j'ai été diplômé de l'Ecole de Dentistes de l'Université D'Aristote de Thessalonique, où j'ai étudié l'odontologie depuis 2002. Après cela j'ai candidaté dans plusieurs universités américaines pour des études avancées en paraodontologie et j'ai été accepté dans l'Université d'Etat de Louisiane. Le programme commencera entre juin et juillet, je n'aurai donc pas la possibilité de participer aux championnats du monde. Ces études dureront trois ans, tu peux donc comprendre que je serai absent du monde de la NAP pendant un bon moment. Donc comme tu peux le voir, il n'y aura pas d'objectifs pour moi la saison prochaine. L'an dernier à Eger, j'ai finit mon chapitre NAP de la meilleure des façon selon moi, avec une médaille d'or et un record du monde. Toutefois je me sens triste d'arrêter la NAP. Ce sport m'a apporté les meilleures expériences et les plus belles joies de ma vie. J'ai rencontré des gens vraiment géniaux et ce sport représente une grande part de ma vie. Mais comme je l'ai dit avant, toutes les bonnes choses ont une fin un jour ou l'autre...

Plus généralement, comment perçois-tu l'état de santé de la NAP en Grèce, en France et dans le monde?



Bon, à propos de la situation en Grèce, il y a beaucoup à dire. Bien que nous ayons de très bons résultats sur le plan international, le gouvernement ne donne pas à la NAP l'attention qu'elle mérite. Nous avons vu beaucoup de pays où la NAP est très populaire comme la Chine ou la Russie. Là-bas, la NAP a le respect qu'elle mérite. Je pense qu'elle est aussi célèbre en Italie, en Ukraine et en Hongrie. En Grèce les choses ne sont pas aussi belles. La situation n'est plus aussi bonne que dans le passé. Malgré le fait que le niveau s'est amélioré d'années en années avec de plus en plus de médailles dans chaque championnat, les choses n'avancent pas du tout. Bien au contraire, la situation empire... Spécialement après les Jeux Olympiques d'Athènes où nous avons gagné la "première place du dopage". Le gouvernement a revu tous les privilèges que les athlètes avaient gagnés par leur performances. Simplement, avec cette action, la Grèce a éliminé ses sportifs et ses champions. En effet, ils n'ont pas eu la motivation de continuer à pratiquer. Je pense que si les athlètes ne sont pas motivés, de grandes performances ne peuvent être réalisées.

A propos de la France, je ne connais pas bien l'état de la NAP. Mais de ce que je sais, je dirais que la situation est comparable à celle de la Grèce, voire pire. Mais je ne peux pas avoir de réelle opinion. La seule chose dont je suis sûr est que la France a beaucoup de grands athlètes obtenant de bons résultats et ayant de belles perspectives d'avenir.




Quel est ton avis sur la réunification des championnats internationaux piscine et longue distance?


Je n'ai pas grand chose à dire là-dessus car je n'ai pas assez de connaissances sur le sujet. Mais je pense que ce regroupement aurait dû être fait depuis le début. C'est un moyen de regrouper plus de nageurs mais aussi d'attirer plus de fans et de nouveaux membres.




Enfin, as-tu un message à faire passer ?


Il n'y a plus beaucoup à dire. Je pense avoir dit les choses les plus importantes. Je voudrais te remercier de m'avoir donné l'opportunité de parler à travers ton site. C'était très sympa. Mes deux entraineurs méritent également un grand merci pour m'avoir aidé à arrivé où j'en suis et à ce niveau. Ils sont à l'origine d'une grande partie de mon succès. Aussi je tiens à remercier mes parents et mon frère qui m'ont toujours soutenu, surtout dans les moments difficiles. Un merci spécial à tous mes coéquipiers et mes amis qui ont été présents pour moi dans toutes les situations difficiles et m'ont aidé à surmonter tous les problèmes, quels qu'ils soient. Si j'ai oublié quelqu'un, j'en suis désolé mais j'espère qu'il me pardonnera. Enfin, un merci spécial pour toi Cyril, pour cette super interview.



Merci Ioannis pour tes réponses et bonne continuation.




Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n'hésitez pas, contactez moi!
Repost 0
Published by Cyril - dans Interviews
commenter cet article
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 10:34
Voici l'interview de Gianluca Mancini, 9ème meilleure performeur mondiale sur 50 AP, champion d'Europe sur 4x100 SF et médaille de bronze européen sur 50 SF.



Salut Gianluca. Peux-tu tout d'abord te présenter ? Comment as-tu commencé la NAP ? Dans quel club évolues-tu?

J’ai 28 ans et je vis à Rome. J’ai étudié le management économique et j’ai été diplômé en 2005. Je ne suis peut être pas très jeune, mais je continue de m’accrocher à ce sport que j’aime trop. J’ai commencé la NAP comme un jeu en 1989 et je l'ai immédiatement aimé pour sa vitesse. Mon club est le Fiamme Oro de Rome (Equipe de la Police Romaine).


Selon toi, quels sont les avantages et les éventuels inconvénients d’être nageur avec palme(s) dans la Police Italienne ?


Malheureusement, la NAP n’est pas très connue, mais nager pour la police Italienne est un super avantage car notre sport est un travail pour moi. Ainsi je peux concentrer toute mon attention sur l’entraînement et les compétitions. C’est plus professionnel qu’un club « privé » italien.



De combien d'heures par semaine est composé ton entraînement?


Je m'entraîne de 16 à 22h par semaine (ce qui inclut jusqu'à 6h de musculation en hiver). Cela dépend de la période. Pour préparer les championnats d'Europe et d'Italie, c'est certainement 22h par semaine.


Quel type de monopalme utilises-tu et pourquoi?


J'utilise une monopalme ukrainienne. Selon moi, c'est la meilleure pour les courtes distances. Le matériau de la voilure est au top et les chaussons sont très bons.


Après avoir était dans l'ombre de Riccardo Galli et de Cesare Fumarola, tu as émergé sur le plan international en signant le record d'Italie du 50 AP (14"92), et en remportant le Bronze sur 50 SF et l'Or sur le 4x100 SF lors des championnats d'Europe. Laquelle de ces trois performances t'a apporté le plus de satisfaction?


Trois grands moments pour moi... Le record d'Italie et la victoire sur Cesare Fumarola pendant les championnats d'Italie d'été m'ont donné plus de confiance en moi. La plus grande satisfaction a certainement était la victoire sur 4x100 SF car cela faisait longtemps que l'Italie n'avait pas gagné cette course. Mais la médaille de Bronze était un super résultat pour moi car au début je ne croyais pas que je pouvais me classé juste derrière deux grands athlètes comme Evgeniy Skorzhenko et Dmytro Sydorenko.


Est-ce que cela constitue ton meilleur souvenir de nageur ?


Oh bien sûr... Je n'avais jamais gagné en compétition international avant.



Et quel est le pire? Ta plus grosse déception ?


Je n'ai pas eu de grande désillusion dans ce sport. Peut-être l'an dernier quand je n'ai pas fait les championnats du monde, mais mes temps personnels sur les courtes distances (50 SF et 50 AP) n'étaient pas très bons et je le savais avant.


Maintenant quels sont tes objectifs pour la saison à venir et pour les prochains championnats du monde?


Mon principal objectif est d'améliorer mes temps personnels. Je voudrais nager dans les temps des records d'Italie. C'est très dur mais j'ai une grande motivation. Si je me qualifie pour les prochains championnats du monde, j'espère répéter la super satisfaction des championnats d'Europe avec le relais 4x100 SF. Nous avons une super équipe avec Andrea Nava, Cesare Fumarola et Stefano Figini. Je pense que nous pouvons encore gagner. J'y crois vraiment. Et j'aimerais aussi nager les finales des 50 SF et 50 AP et si possible m'approcher de la troisième place.

Plus généralement, comment perçois-tu l'état de santé de la NAP en Italie, en France et dans le monde?


La NAP italienne s'est beaucoup améliorée pendant les 4 à 5 dernières années. Aujourd'hui je pense que l'Italie est la meilleure équipe du monde pour les résultats techniques. La France progresse, les championnats d'Europe en sont la confirmation. Il y avait une super équipe féminine avec Camille Heitz, Léa Louison, Marine Grosjean et le relais 4x100 SF. Mais vous avez aussi le « super » Erven Morice qui est un exemple (il réalise des résultats depuis plusieurs années) et finalement Raphaël Smolin Froissart et Raphaël Kamoizan. Plus généralement je pense que la NAP est prête pour les Jeux Olympiques. Notre sport est spectaculaire, possède de grands athlètes et est pratiqué par de nombreux pays donc j'espère que les institutions seront capables de faire quelque chose.


Enfin, as-tu un message à faire passer ?


Tout d’abord, merci pour cette interview. Pour moi ça a été un grand plaisir de parler de moi sur ton site. C’était assez drôle. Finalement j’embrasse toute ton équipe ainsi que l’équipe de France et j’espère vous voir bientôt!




Merci Gianluca pour tes réponses et bonne continuation.




Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n'hésitez pas, contactez moi!
Repost 0
Published by Cyril - dans Interviews
commenter cet article
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 16:00
Voici l'interview de Olga Shlyakhovka, 3ème meilleure performeuse mondiale sur 400 SF, championne d'Europe sur 4x100 SF, vice-championne d'Europe sur 200 SF, 400 SF et 4x200 SF et championne du monde sur 4x3000 SF.



Salut Olga. Peux-tu tout d'abord te présenter ? Comment as-tu commencé la NAP ? Dans quel club évolues-tu?

J'ai 23 ans et je suis née à Kiev en Ukraine. J'ai terminé l'Université Ukrainienne d'éducation physique et sportive et j'ai donc un master en Education physique (spécialisation - Les loisirs et la culture sportive pour l'amélioration de la santé).
Je suis une Honoured Master of Sport (Grade utilisé pour décrire le niveau d'un nageur dans les pays d'Europe de l'Est, ndlr).
Quand j'avais 9 ans, ma mère m'a emmené à la piscine parce qu'elle commençait à y travailler en tant qu'entraineur. C'est ainsi que ma carrière sportive en tant que nageuse avec palme(s) a commencé.

 

De combien d'heures par semaine est composé ton entraînement?


Entre 15 et 18 heures en piscine et 6 heures de musculation par semaine.


Quel type de monopalme utilises-tu et pourquoi?


J'utilise la Rocketfin faîte par Igor Soroka car c'est avec ce type de palmes que j'ai les meilleurs résultats.


Tu as un palmarès impressionnant avec 17 médailles internationales dont 3 en or avec les relais ukrainiens (4x100 aux championnats d'Europe en 2008 et 4x3000 en championnats du monde en 2006 et 2007). Cette année tu as échoué de quelques centièmes sur 400 SF dans la quête de ton premier titre individuel. As-tu des regrets sur cette course et sais-tu ce qu'il t'a manqué pour la gagner ?


Je ne peux pas dire que j'ai échoué dans cette distance car j'ai fait mon meilleur résultat. Et je pense que ce n'est pas un mauvais résultat ! Au début j'étais heureuse d'avoir nagé 3'19 mais quand j'ai vu que j'ai perdu de seulement quelques centièmes, j'ai réalisé que j'aurai pu gagner la médaille d'or. Je me suis donc sentie déçue.
Je ne peux pas trouver la raison qui explique pourquoi j'ai perdu le 400 SF, j'ai fait tout ce que j'ai pu. Peut être que 3'19 est insuffisant pour gagner. Je vais devoir travailler plus dur pour gagner ma médaille d'or individuelle.

 

Quel est ton meilleur et ton pire souvenir de nage avec palme(s)?


Mon meilleur souvenir de NAP est ma médaille de Bronze en Chine sur 800 SF. Quand j'ai gagné ma première médaille en championnats du monde, je pense que j'ai été chanceuse. Comme tu peux te souvenir, il y avait eu deux médailles de Bronze avec le même temps : 7'07 »00. J'ai été 4ème tout au long de la course et je n'ai rattrapé la Chinoise qu'à la fin. Finalement nous avons touché en même temps. Woaw ! Ca a été une sensation inoubliable car j'aurais pu être 4ème.
Mon pire souvenir est à propos des 13ème championnats du monde de Turin en Italie. J'y ai raté toutes mes courses individuelles. C'était affreux. Je n'ai même pas réussi à me qualifier pour les finales. C'était à cause de problèmes de dos. J'avais une douleur terrible. Merci au docteur Allemand qui m'a fait des massages pour que je puisse nager. Je me suis sentie encore plus mal parce que j'étais un leader de notre équipe féminine. Je ne pouvais pas rater les relais. Il y avait trop de responsabilités.


Maintenant quels sont tes objectifs pour la saison à venir et pour les prochains championnats du monde?


La saison prochaine sera dure... D'abord les World Games puis les Jeux CMAS à la fin du mois d'août... Je ferai de mon mieux pour montrer de bons résultats. Je vais travailler plus dur et j'espère que mes rêves deviendront réalité.

Plus généralement, comment perçois-tu l'état de santé de la NAP en Italie, en France et dans le monde?

 

La situation de la NAP en Ukraine est assez difficile, spécialement à Kiev car nous avons seulement une piscine qui autorise aux nageurs avec palme(s) de s'entrainer... Et près de 90% des équipes Ukrainiennes sont de Kiev... C'est la raison pour laquelle nous n'avons pas assez d'eau pour nager. Je peux dire que pour les 5 dernières années la NAP est devenue plus populaires en Ukraine qu'elle ne l'était avant. Cependant elle n'est pas aussi populaire qu'elle ne l'était dans les années 1980 et 1990!
Je ne peux pas te dire quoi que ce soit au sujet de la situation en France. Je n'y ai jamais été pour des compétitions donc je ne peux pas te dire si la NAP est bien connue là-bas.
Et à propos de la situation dans le monde, je pense que la NAP est devenue très populaire au cours des dernières années et en particulier en Europe, en Asie et, bien sûr, en Afrique (Egypte, Tunisie)!
J'espère que dans le futur notre sport sera aux Jeux Olymppiques ! Nous le voulons et l'espérons tous...

 

Enfin, as-tu un message à faire passer ?


Oui j'ai quelques mots à dire... A mon avis, la NAP est un sport fantastique et tout le monde y est le bienvenu ! Faisons de la NAP le sport le plus populaire du monde !




Merci Olga pour tes réponses et bonne continuation.




Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n'hésitez pas, contactez moi!
Repost 0
Published by Cyril - dans Interviews
commenter cet article
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 21:47
Voici donc l'interview de Marine Grosjean, Championne du monde en titre du 6 Km et troisième par équipe au relais 4x3 Km aux championnats du monde de Bari.


photo-Marine.jpg

Salut Marine. Peux-tu tout d’abord te présenter ? Comment as-tu commencé la NAP ? Dans quel club évolues-tu ?

 


Salut! Je m'appelle Marine Grosjean. Je suis à l’Union Quimper Natation, le nouveau club de Quimper. Depuis que j'ai commencé, je suis au club de Quimper avec Thierry Henri comme entraineur. J'ai commencé la NAP il y a 5 ans et les compétitions dès ma  2ème année. L'année dernière, je suis partie au pôle France de nage avec palme(s) à Antibes et depuis j'y suis toujours car je m'y plais vraiment bien. Cela me permet de concilier mes études et la NAP dans des conditions idéales.

   
Premier podium en critérium national en mars 2005 (3ème sur 400 SF cadette), premiers titres en critériums nationaux et premiers podiums séniors en juin 2005 (1ère cadette et 2ème sénior des 400 SF, 800 SF et 1500 SF), premier titre en critérium national longue distance en mai 2006 puis premiers titres en championnats de France en juin 2006 (400SF, 800 SF et 1500 SF), première médaille internationale chez les juniors en juillet 2006 (sur 6km) et enfin premières médailles et premier titre chez les séniors en compétition internationale (Championne du monde sur 6km et 3ème au relais 4x3000m). Ta progression a été très régulière mais extrêmement rapide. Comment peux-tu l’expliquer ?
  

 

A vrai dire je ne sais pas pourquoi j'ai progressé aussi vite, je ne m'en rends même pas compte. Quand j'ai commencé au club de l'UJAP avec Thierry Henri, j'ai déjà vite évolué. Et pourtant je n’avais pas des entrainements très réguliers ; je prenais ce sport comme un loisir. Toutefois j'adorais les compétitions pour l'ambiance apportée par le club et les nageurs. J’avais aussi l'envie de gagner! Thierry m'a énormément apporté, sur le plan moral en particulier! On s'entend vraiment bien, et il a su faire sortir le meilleur de moi. Après est venu le problème des études... J'ai redoublé ma première S. En cours, je pensais tout le temps à nager et de ce fait les notes n'ont pas suivi... Depuis que je suis toute petite je voulais toujours être la première et ça n'a pas changé. Quand je veux quelque chose je fais tout ce que je peux pour y arriver, mais sans écraser les autres (je le dis sans prétention). J'avais entendu parler du « sport études » à Antibes, et mon but était d'y aller pour pouvoir nager tout en conciliant mes études. Mais à l’époque, je n'avais pas le niveau pour y aller. J'ai donc pris contact avec Cyril Chatelet, l'entraineur du pôle, et je lui ai demandé si je pouvais faire un stage pendant les vacances de février. Il a accepté et je suis donc partie une semaine là-bas. Je me suis rendu compte que ce n’était pas si évident que ça de nager deux fois par jours à un tel rythme. Mais cela m'a donné l'envie de m’entrainer encore plus afin d’intégrer le pôle. L'année qui a suivi, j'ai pu y rentrer. Là j'ai découvert un autre rythme, passer de 2 entrainements par semaine à deux par jours ça change... J'ai véritablement découvert le haut niveau. Même si j'ai eu peur que la transition soit trop rapide, j'ai fait confiance à Cyril et on ne s’est pas trompé... J'entame ma deuxième année au pôle, et Cyril et moi avons des objectifs encore très haut, donc on verra bien. Mais je pense qu'il faut croire à ce que l'on fait sinon ça ne sert pas à grand chose. J'espère encore progresser! On verra…


En ce qui concerne ton titre de championne du monde, croyais-tu vraiment que tu avais tes chances au départ de la course ? A partir de quel moment as-tu commencé à y croire ?

 

Ce titre était vraiment inattendu! On c'est entrainé à Antibes pour cette course en espérant un podium et peut être le titre, mais cela restait un rêve énorme pour moi! Avant de nager le 6 Km j'étais sur la berge avec Delphine Laz et elle m'a chanté la Marseillaise juste avant le départ. C'est peut être bête, mais je me suis dis pourquoi pas... Tout le long de la course je n'ai pas vu que j'étais première, au passage du deuxième tour, j'entendais que l'on criait; j'ai cru que j'avais loupé une bouée, alors je me suis arrêtée et en fait non, c'était pour me prévenir que j'étais première. J'ai nagé toute la course en pensant être dans les 3 premières, mais vraiment pas première, on avait une mauvaise visibilité. Et à l'arrivée tout le monde (les français) a crié, et là j'ai "compris". Je suis sortie de l'eau et on ma serré dans les bras mais je n'y croyais pas. J'ai réalisé sur le podium je pense.



Championne du monde à seulement 18 ans. Que peut-on te souhaiter pour la suite ?

 


D'être toujours passionnée par mon sport et bien d'autres choses. Pour les titres on verra. Les championnats d'Europe sont pour cette année alors je dirais un gros M****. Mais les titres ne sont pas le plus important...


Et quels sont tes objectifs justement pour ces championnats? J'ai lu dans la presse que tu avais tout de même les titres du 800 SF et 1500 SF en tête...

Ah... Je ne préfère pas trop les annoncer parce que l'on ne sait jamais… Oui j'aimerais bien gagné le 1500 SF et le 800 SF mais on verra bien… Je vais tout faire pour en tout cas!


Personne n’a jamais été aussi proche que toi du vieux record du 400 SF de Myriam Villette. Battre ce record est-il envisageable pour toi cette saison ? Et qu’en est-il de ceux de Véronique Quentin sur 800 SF et 1500 SF ?
J'aimerais vraiment avoir le record de Myriam Villette, pour cela il va falloir que j'améliore mon 100 m (48.9) sinon cela va vraiment être dur! En fait je pense surtout à améliorer mes temps, pas à taper un record. Je n'aime pas me fixer un temps précis. C'est sûr que j'aimerais avoir les records du 800SF et 1500SF, ce sont « mes » courses et j'aime vraiment les nager! J'espère les avoir mais on n'est jamais à l'abri d'un problème pendant la saison. Du coup, je n'avance rien.


Maintenant comment vois-tu l’avenir de la NAP en France et dans le monde ?

C'est un sujet qui fait parler beaucoup de monde. Je lui souhaite vraiment d'être reconnue! De passer à la télé, dans les magazines de sports, et surtout d’être présente aux JO. Je pense que cela va dépendre de la communication sur notre sport. Je suis persuadée que c'est ce qu'il manque pour faire connaître la NAP. Toutefois il est possible que l'on ait déjà essayé et que cela n'ait pas fonctionné... Et puis cela demande un gros budget… Ce sport est vraiment extra, quand on commence c'est vraiment dur de décrocher, donc je lui souhaite un bel avenir...


Enfin as-tu un message à faire passer ?

Nager pour le plaisir! Toujours croire en soi! Et foncer! Ca serait vraiment bête d'avoir des regrets! Et surtout merci à « Papacoach » et Cyril qui m'ont formée et continuent à le faire. Et merci à toi de faire ce site ! Tu nous rends vraiment bien service! Il est vraiment complet et permet aussi de développer notre sport ! Merci !


Merci Marine pour tes réponses et bonne continuation.




Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n'hésitez pas, contactez moi!
Repost 0
Published by Cyril - dans Interviews
commenter cet article
22 septembre 2007 6 22 /09 /septembre /2007 16:39
Voici donc l'interview de Thomas Chastagner, double recordman de France sur 400 IS et 800 IS, vice champion du monde 2006 (800 IS) .
Comme vous pourrez le constater, Thomas n'a pas sa langue dans sa poche. Ses propos sont durs, n'engagent que lui mais ont le mérite de soulever des questions.


thomaspetite.jpg

Salut Thomas. Tout d’abord, peux tu te présenter ? Que fais-tu dans la vie ? Comment as-tu commencé la NAP ? Dans quel club évolues-tu ?

Je suis donc Thomas Chastagner, j'ai 23 ans, je suis actuellement en poste en tant que maître nageur à la mairie de Notre Dame de Gravenchon et également entraineur de la section Palme du C.S.Gravenchon. En sport j'ai commencé par le football mais ma soeur faisait de la natation "classique". Un jour elle a essayé la palme et elle en parlait tout le temps donc j'ai voulu essayé à mon tour, en janvier 1994. J'ai réalisé ma première saison en 1994/1995 en paralléle avec le football. Quand j'ai voulu faire des compétitions j’ai pu dans un premier temps poursuivre mes deux sports, les matchs de football étant le samedi. Puis un jour mes matchs, sont passés le dimanche et mon entraîneur de l'époque, Frédéric Gélébart, m'a demandé de faire un choix.... J'ai choisit la palme sans regret. J'ai commencé au club de l'U.J.A.P. car je suis originaire de Quimper. Je suis ensuite passé au C.N.S.Q. et enfin au C.P.B.Rennes. Aujourd’hui je suis au C.S.Gravenchon.
   
Avant de revenir sur les championnats du monde de Bari, parlons un peu de ceux de 2006 à Turin. Vice-champion du monde (sur 800 IS) pour ta première sélection Sénior en équipe de France, quand as-tu commencé à y croire ?
  

 

La veille, après les séries, avec mon entraîneur, Cyril Chatelet, on s'était dit que quelque chose était possible. Il m'a fallut ensuite dix minutes pour réaliser, une semaine pour me dire que c'était vraiment bien, un mois pour me dire que c'était un cadeau empoisonné et un an pour le digérer réellement. Je venais de réaliser le meilleur résultat d'un français (depuis Myriam Villette, ndlr) aux championnats du monde piscine et c'était génial. Mais malheureusement il y a eu peu de reconnaissance sur les résultats de Turin. Aucun article n’est sortit sur nos résultats. Il ne te reste jusque qu’à relativiser et te remettre au travail pour toi, les gens qui t'aime et ceux qui te respectent...

Et en ce qui concerne Bari 2007 ? Quels y étaient tes objectifs ?

 

Mes objectifs étaient clairs pour moi, même si certain pensaient les connaître mieux que moi. Il s’agissait de battre mes records de France, de refaire une médaille et de nager moins de six minutes aux 800 IS. Un seul objectif a était atteint. Donc comme le dit le D.T.N. (Xavier Sendra, ndlr), c'est un échec.


Un de tes concurrent directe sur les courses d'IS, Roberto Fiorrucci, a été suspendu pour dopage avant les championnats. Un autre, l'ancien recordman du monde Sergey Cherevko a été prié de rester chez lui pour cause de nombreuses suspicions de dopage planant sur son club. Comment as tu réagis à ces informations.


Pour Fiorucci j'étais au courant longtemps avant la compétition c'est un idiot ce mec. Il a 35 ans, je le bats l'année dernière, il n’est pas le meilleur du monde et il se « cartouche ». Alors qu'en est t-il de Figini, Nava et des autres de son équipe? Si un nageur qui n’est pas le meilleur de son équipe est positif, qu'en est t-il des meilleurs? Pour Cherevko je l’ai appris à Bari. Lui il a surement volé des titres, comme le mien en 2006. Mais bon il reviendra l'année prochaine en toute impunité et il volera le titre de quelqu'un d'autre. Ces gars sont des c***, se « cartoucher » la g***** pour la palme… De plus il paraît que Ioannis Tsourounakis avait un mélange dans sa bouteille (avec de l'oxygène pur). Il est arrivé en bateau avec sa bouteille de course déjà gonflée et non vérifiée. Ca entraîne des suspicions… Enfin pour valider un record du monde il faut satisfaire à un contrôle antidopage sauf que ni Tsourounakis, ni Figini, ni Filipovich n’en ont eu (d'après d'autres sources, il semblerait que ces nageurs aient été controllés, ndlr). Ca me laisse vraiment dans le dégoût et l’amertume. Certaines questions méritent d’être posées…


A moyen terme, quels sont tes objectifs pour l'avenir et notamment pour les championnats d’Europe de Budapest?

Pour Budapest on verra... J'ai envie de faire enfin une année sans me prendre la tête et de voir au jour le jour. Ainsi je n'aurai aucune pression particulière car pour une fois je vais nager sans stress. Aujourd’hui j'ai des nouvelles responsabilités donc je préfère me dépenser à 1000% pour ça. En ce qui concerne mes résultats personnels, je les mets entre parenthèses pendant au moins un an. Mais j'aime la compétition alors sait-on jamais...


Maintenant, comment vois tu l'avenir de la NAP en France et dans le monde?

 

Franchement je ne sais pas. Il y a comment je voudrais voir l'avenir de ce sport et ce que va véritablement être l'avenir de la NAP. Ce que je voudrais c'est que l’on développe mon sport en France ce qui n'est pour l'instant pas le cas. Je voudrais que notre statut soit plus reconnu.

Maintenant vu l'organisation très amateur des derniers championnats du monde je pense qu'il est plus honnête et sérieux de vouloir voir notre sport au programme des Jeux Olympiques. Nous sommes beaucoup trop amateurs et trop loin du sport des Jeux le moins professionnel. Il faut attendre d'être prêt pour les JO et pour l'instant nous ne le sommes pas. Nous sommes un sport jeune qui se développe (trop) lentement et je pense> je pense qu'il faut être patient et honnête pour le moment.

Enfin, as-tu un message en particulier à faire passer ?

Je veux dire que notre sport et magnifique et il mérite tellement mieux. Je voudrais aussi m'excuser pour les personnes que j'ai pu blessés durant toute ses années, m'excuser pour mon comportement le dernier soir à Bari qui n'est pas celui que l'on n'attend d'un sportif de haut niveau. Pardon à tous et place aux jeunes aussi car c'est eux qui vont continuer à faire vivre notre discipline. Je voudrais aussi remercier toutes les personnes qui m'on permit d'arriver là ou je suis aujourd'hui. Ces personnes se reconnaîtront je pense : ma famille, mes amis et les gens de la palme qui m'aime mais aussi ceux qui ne m'aime pas car ces gens là m'on donné plus n'énergie qu'il n'en faut pour battre mes records. Je veux aussi parler de Cyril Chatelet. Merci monsieur Chatelet ; la palme te doit ces plus beau résultats lorsque tu étais nageur et elle continue à te les devoir maintenant que tu es entraîneur. Pour le reste tu le sais déjà, MERCI. Merci également à Nicolas Bideau, ma première référence, je n'aurais pas continué sans lui.


Merci Thomas pour tes réponses et bonne continuation.




Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n'hésitez pas, contactez moi!
Repost 0
Published by Cyril - dans Interviews
commenter cet article
15 septembre 2007 6 15 /09 /septembre /2007 15:21
Voici donc l'interview de Camille Heitz, quintuple recordwoman de France sur 50 SF, 100 SF, 200 SF, 50 AP et 100 IS.


camille-interview.jpg

Salut Camille. Tout d’abord, peux tu te présenter ? Que fais-tu dans la vie ? Comment as-tu commencé la NAP ? Dans quel club évolues-tu ?

 


Tout d'abord bonjour et merci de m'avoir choisie pour cette interview. Je m'appelle Camille Heitz, j'ai 21 ans et je suis en 4ème année dans une école d'ingénieurs : l'INSA. En ce moment je suis au Danemark pour un semestre Erasmus. J'ai commencé la palme un peu par hasard, j'aimais beaucoup être dans l'eau et mon frère m'a poussé vers le bord des bassins. J’ai commencé par la natation mais cela ne me plaisait pas. On m'a proposé de faire de la palme et j'ai tout de suite accroché. J'ai donc commencé à St Raphaël et maintenant je suis au Toulouse Olympique Palme depuis 4 ans.
   
Comment arrives-tu a concilier des études difficiles et la NAP? Et en ce moment, arrives-tu à t'entraîner au Danemark?
  

Je suis dans une école où il y a une section pour les sportifs de haut niveau, c'est à dire que nous avons la possibilité d'aménager les années d’études (faire deux années en trois…). En ce qui me concerne j'ai choisi de rester dans le cursus normal, mais j'ai tout de même droit a des cours de soutiens et de déplacer certains examens. Cela n'a pas été facile au début, mais je pense qu'avec un peu d'adaptation, de compréhension et d'aide tant du côté de l'école que du club, tout se passe bien!

Pour l'instant je n'ai pas vraiment repris les entraînements. Je cours un peu et sinon, je vais surtout faire des bi-palmes et de la musculation. En fait, le travail que tout le monde fait en début d'année sera un peu plus long pour moi.
Parlons un peu de tes championnats du monde à Bari où tu as été médaillée. Quelle y étaient tes objectifs ?

Mon premier objectif était bien sûr cette médaille que j'ai obtenue. Je voulais également battre le record d'Europe du 100 IS. J'en avais les capacités mais je ne l'ai pas fait. Je pense que j'étais un peu trop stressée au moment du départ pour la finale et du coup, techniquement, j'ai mal nagé ce qui m'a empêché d'améliorer mon temps réalisé en séries.

Sinon j’avais des objectifs sur chaque course. Sur 50 AP,  je voulais passer sous les 17 secondes. J'en avais également les moyens mais j'ai nagé avec une nouvelle palme ce qui m'a peut-être désavantagé. Pour les épreuves de surface, ayant plus travaillé l'immersion mes objectifs étaient simplement d'améliorer mes temps. Je n’y suis pas parvenu car je n’ai pas réussi à retrouver ma technique de surface.

Globalement, je pense quand même que je suis un peu passée à côté de mes championnats. Je les ai abordé différemment par rapport aux années précédentes dans le sens où au mois de juillet j'ai dû concilier les entraînements avec un stage en entreprise. Cela m'a fait accumulé beaucoup de fatigue c’est pourquoi je mettais surtout concentré sur l'immersion. J'ai donc peut-être eu un peu de mal à rester motivée pour les autres courses.


Lors de la saison 2006-2007, nous t'avons vu te frotter au 400 IS. Tu as d'ailleurs eu ta sélection pour Bari sur cette course sans toutefois la nager. Pourquoi?


En fait j'adore l'immersion et bien que je sois une sprinteuse j'aime beaucoup nager des 200 et des 400. C'est donc pour ça que j'ai nagé cette course, par plaisir et aussi pour me confronter à de nouveaux adversaires. J'aurais aimé nager un 400 SF mais l'occasion ne s'est pas vraiment présentée. Après, nager ces courses en international, je pense que ça n'en vaut pas la peine. Je n'ai pas encore le niveau et de plus, pour la préparation, ça n'est pas la même que pour le 100 IS qui reste ma course prioritaire. Toutefois si le programme me le permet j'espere nager un 200 SF l'an prochain aux « Europe ».


Puisque l'on parle des prochains championnats d'Europe de Budapest, quels y seront tes objectifs, en outre battre le record d'Europe du 100 IS?

De monter sur la 1ère marche du podium au 100 IS puisqu’à Bari, ce sont deux Chinoises qui étaient devant moi. Mais pas mal de jeunes sont en train de sortir, notamment en Ukraine. La place n'est pas gagnée d'avance!


Maintenant dans le contexte actuel (suspicion de dopage de leaders Russes et positivité avérée de Roberto Fiorucci), comment vois-tu l'avenir de la NAP en France et dans le monde?

 

A Bari, on a pu voir beaucoup de choses qui semblaient louches et il n’y avait pas forcement de contrôles antidopage… Personnellement j'en ai vu qu’un seul… Je pense que le dopage est partout et je trouve ça dommage, ça gâche la "beauté" du sport et pour certains ça peut être démoralisant. Des fois ça peut être frustrant mais pour rien au monde je me doperais. Moi j'essais de me dire que je sais ce que je vaux et que je n'ai rien a me reprocher. Aucun sport ne vaut la peine de mettre en danger sa vie pour mieux y arriver. En tout cas j’espère que tous ne se dopent pas, même si je suis peut-être naïve. J'espère aussi que l'on va vite retrouver les contrôle antidopage tant en France qu'à l’étranger car dans les deux cas on ne les voit plus beaucoup depuis quelques années. De plus cela permettra éventuellement de faire taire ceux qui croient que je me dope!

Plus généralement je pense que notre sport plait beaucoup aux gens mais qu'ils le voient plus comme un sport de loisir que l'on fait en milieu naturel et notamment à la mer. La NAP gagne à être connue car quand quelqu’un découvre la mono,  il en devient très vite "passionné". Après pour la reconnaissance populaire, je pense qu’elle passera forcement plus par la médiatisation de notre sport. Beaucoup de gens seraient intéressés par ce sport mais malheureusement ils ne savent même pas que ça existe. C’est donc à nous de le leur faire connaître par l'intermédiaire des medias et des clubs.
Enfin, as-tu un message en particulier à faire passer ?

Tout d'abord je voudrais dire aux jeunes que pour réussir il faut s'accrocher, aller au bout de ses objectifs, ne jamais lâcher même si parfois ça implique des sacrifices. Mais cela en vaut la peine! Plus personnellement cette année, l'équipe de France a été un peu différente... Mes deux meilleurs amis n'étaient pas là... Et même si j'ai été très bien entouré (par la « Charliz team ») c'était différent. Ils vont manquer à la nage avec palme ! Mais d’abord à moi…

Merci Camille pour tes réponses et bonne continuation.




Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n'hésitez pas, contactez moi!
Repost 0
Published by Cyril - dans Interviews
commenter cet article
20 juillet 2007 5 20 /07 /juillet /2007 19:12
Voici donc l'interview de Nicolas Cochou, double recordman de France sur 50 SF et 50 AP.

nicocochou.jpg

Salut Nicolas. Tout d’abord, peux tu te présenter ? Que fais-tu dans la vie ? Comment as-tu commencé la NAP ? Dans quel club évolues-tu ?

Nicolas Cochou, 21 ans et étudiant en 3ème année de licence de maths. Je nage pour le TOAC depuis 2 ans. Ma spécialité est le sprint et plus particulièrement le 50 mètres surface. Je fais de la NAP depuis 8 ans dont 2 a Toulouse. Au départ je ne me dirigeais pas vers la nage avec palme(s) mais un jour en passant devant la piscine ( a Vannes ) j'ai vu qu'ils proposaient une activité nage avec palme(s) et je me suis dit pourquoi pas essayer. Au début ça ma plus pour les sensations qu'on éprouve mais je m'entraînais très peu et je ne faisait pas de compétition.
    
 
En tant qu’ancien nageur avec palme(s)du NC Vannes, qu’est ce qui t’a pousser à rejoindre le Toulouse OAC ? Quels sont aujourd’hui tes rapports avec ton ancien club ?
 
 
En 2005 j'ai réussi à faire mes premiers podiums ( 4 médailles de bronze ) et du coup ça m'a motivé à aller plus loin. J'ai remarqué que les nageurs toulousains ( Erven MORICE, Theo FOURCADE ainsi que Benoît CASTERA ) raflaient systématiquement la quasi totalité des titres. Je me suis donc dit que s’ils avaient d'aussi bon résultats c'est que leur conditions d'entraînement sont optimales. A cette période j'étais en classe préparatoire et j'ai donc visé des grandes écoles toulousaines pour pouvoir justifier mon départ pour Toulouse a mes parents. J'ai raté mes concours mais mes parents ont compris mon envie et m’ont laissé partir en université à Toulouse. Je suis donc parti de Vannes uniquement pour la palme. Mes relations avec mon ancien club sont bonnes et il m'arrive d'y renager quand je retourne chez moi pour des week-end ou les vacances.

Comment expliques-tu cette ascension fulgurante en deux ans ?
Je pense que c'est du a un grand changement dans la méthode d'entraînement, une grosse volonté de ma part d'y arriver et une super émulation avec les garçons du club. En ce qui concerne l'entraînement, j'ai découvert une approche de la nage complètement différente basé d'avantage sur la technique que le kilométrage. J'ai en quelque sorte réappris à nager pour essayer d'avoir une meilleure technique. Benoît nous fait aussi faire un gros travail de musculation. Enfin le fait d'avoir Erven, Benoît et Theo devant moi pendant les séries m'a aussi beaucoup tiré vers le haut.

Tu es sélectionné pour la seconde fois en équipe de France. Dans quel état d’esprit pars-tu à Bari ? Quels y sont tes objectifs ?

Je pars a Bari dans l'idée de faire les meilleurs résultats possibles et représenter la France du mieux que je pourrais. Je pense que je serais moins stressé que l'an dernier a Turin vu que c'était mon premier championnat. Je ne savais pas du tout ce que c'était qu'un championnat international et subitement on peut mettre un visage sur les plus grands noms de la palme mondiale, c'est impressionnant. Cette année j'espère réussir a accrocher une finale sur le 50 surface et le 50 apnée, même si je pense avoir d'avantage mes chances sur la surface.

Et à moyen termes, quels sont tes objectifs ?

D'ici 1an j'aimerais bien améliorer les records de France du 50 SF, 50 AP et 100 SF et me rapprocher le plus possible d'un podium sur ces 3 distances au championnats d'Europe de Budapest en 2008.

Maintenant plus généralement, comment perçois-tu la NAP en France et dans le monde?

Pour ce qui est de la NAP en France, je pense qu'il y a un petit groupe de nageurs qui tirent bien leur épingle du jeu. Après globalement je trouve que le niveau français est très moyen. Quand je vois qu'un gros 42’’ au 100 SF et un 19 au 50 SF suffisent pour rentrer en finale je pense qu'il y a un petit soucis. Quand on voit les résultats des championnats de Russie, de Grèce ou d'Italie, on se rend compte que le niveau français est en retrait. A la décharge des français, la NAP est un sport beaucoup plus développé dans ces pays la qu'en France. Au niveau mondial le niveau est par contre très élevé, il suffit de regarder les performances des tout meilleurs mondiaux pour s'en rendre compte.


Enfin, as-tu un message en particulier à faire passer ?

Tout d'abord je voudrais remercier mon entraîneur Benoît CASTERA pour la qualité des entraînements qu'il me donne, Erven MORICE car je lui doit aussi beaucoup, Theo FOURCADE merci d'avoir été la quand ça a été un peu dur l'année dernière. Je voudrais aussi remercier ma famille parce que sans elle je ne serait pas a Toulouse non plus. Merci a toi pour ton site qui j'espère arrivera a faire espère un peu plus la NAP en france. Et enfin a tous les nageurs n'hésitez pas a faire parler de ce sport au maximum il faut tout mettre en oeuvre pour le développer au maximum

Merci Nicolas pour tes réponses et bonne chance pour Bari.




Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n'hésitez pas, contactez moi!
Repost 0
Published by Cyril - dans Interviews
commenter cet article